L’UMNG accueille l’Ecole Mathématique Africaine sur la géométrie différentielle

Quarante-cinq étudiants de niveau master en provenance du Sénégal, de la Côte-d’Ivoire, du Bénin, du Niger, de la RCA, de la RDC et du Congo participent du 11 au 21 octobre 2017 à Brazzaville aux travaux de l’Ecole Mathématique Africaine sur la géométrie différentielle (EMA).

L'EMA a pour principaux objectifs de donner aux étudiants inscrits en master de mathématiques ou commençant des études doctorales, les connaissances de base dans certains domaines en pleine mutation et de contribuer au développement des mathématiques dans toutes les régions du continent africain en favorisant les échanges entre les futurs jeunes mathématiciens africains et la communauté mathématique internationale. Tout comme les précédentes, cette session vise à renforcer les capacités des participants en leur donnant la possibilité de se rencontrer, d’échanger, de partager leurs expériences et de mieux se connaître, afin d’identifier des étudiants disposant d'aptitudes à poursuivre des études de doctorat. 
 

Ouvrant les travaux, le recteur de l’université Marien N’Gouabi, Jean-Rosaire Ibara, a précisé que l’enjeu majeur de cette rencontre est également de contribuer au développement des mathématiques en Afrique en favorisant des échanges entre les futurs jeunes mathématiciens du continent et la communauté mathématique internationale ; de briser l’isolement des chercheurs africains en général et congolais en particulier. 

Cette session de formation qui regroupe 27 étudiants locaux, 19 étudiants et 5 professeurs étrangers a été organisés grâce au soutien du Centre International de Mathématiques Pures et Appliquées basé à Nice en France, et à l’Union Mathématique Africaine à travers le concept d’Ecole mathématique africaine en sigle EMA.

« La République du Congo et l’Afrique au sud du Sahara présentent un nombre très faible de chercheurs en mathématiques. C’est ainsi que grâce à l’appui de l’Union européenne, à travers le projet EDULIK, plus de quarante étudiants avaient été formés au niveau master en 2010, 2011 et 2012, dans les domaines de l’analyse numérique, la géométrie et la statistique, dans le cadre d’un master commun entre les universités Marien N’Gouabi (Congo) et de Kinshasa (RDC). Plusieurs de ces étudiants ont abordé des études doctorales sur place ou en cotutelle. Treize ont soutenu des thèses de doctorat », a affirmé le professeur Basile Guy Richard Bossoto, président du Comité d’organisation de l’EMA. 
  
« Nous voulons maintenant orienter nos étudiants vers les thématiques actuelles, particulièrement en géométrie, afin de maintenir cette dynamique et de combler le déficit laissé par certains collègues admis à la retraite », a-t-il ajouté. 

Les organisateurs ont également avancé qu’au cours de cette session, des cours de niveau master et doctoral auront lieu de 08h00 à 12h00. Les après-midi seront consacrés aux travaux dirigés et aux exposés des travaux personnels des étudiants, et auront lieu de 14h00 à 17h30. Trois thèses de doctorat seront soutenues au cours de cette Ecole mathématique africaine.

Cette école se terminera par un colloque consacré au professeur Eugène Okassa, maître de mathématiques, membre éminent du CTS/CAMES, à qui l’Ecole rend un vibrant hommage, qui a fait valoir ses droits à la retraite. Il est fondateur de l’Ecole de géométrie de Brazzaville.

Professeur Eugène Okassa

 

Antonin Idriss Bossoto